Top 5 news de la semaine

top5news

1. De nouvelles formations supérieures de terrain pour les métiers du numérique

Le numérique a révolutionné le monde de l’entreprise : modes de travail et métiers sont en pleine mutation et demandent de nouvelles compétences qu’il faut continuellement cultiver. Un véritable casse tête tant pour la formation professionnelle que pour les organismes de formation supérieure : comment accompagner en temps réel cette évolution dynamique des métiers de l’entreprise et former aux nouveaux métiers ? Cet article s’intéresse à un tout nouveau genre d’établissements tournés vers l’entreprise et ses besoins en compétences opérationnelles à travers l’exemple de la Web School Factory, W, l’école supérieure de la communication digitale ou encore l’EMIC. Découvrez les nouvelles approches pédagogiques qui y sont développées et les parcours, souvent plus courts, qui y sont proposés.

Lire l’article

2. Facebook va désormais vous proposer des offres d’emplois

Le marché de l’emploi intéresse depuis toujours les géants du web… Et même si le réseau social professionnel LinkedIn fait figure de référence dans le domaine (voir nos articles sur le sujet), il faudra désormais également compter sur Facebook. Dans un message publié sur son site internet, le réseau social aux plus d’un milliard d’inscrits explique à ses utilisateurs qu’ils pourront désormais trouver des offres d’emplois directement sur les pages d’entreprises, mais également sur leur timeline. Et pour simplifier le processus, les formulaires de candidature seront pré-remplis avec les informations dont dispose le réseau social sur l’internaute. Une initiative qui vient renforcer l’offre « workplace by facebook » que le groupe avait développé à destination des entreprises.

Lire l’article

3. La révolution digitale de l’enseignement supérieur : un retour aux sources

La transformation numérique de la formation implique le développement de nouvelles approches pédagogiques, dans lesquelles le rôle de l’enseignant est appelé à changer. Avec un accès au savoir a portée de clic, à l’image des MOOCs mettant en jeux de grands professeurs d’universités prestigieuses, les cours présentiels descendants disparaissent progressivement… Dans son concept d’école plateforme, Nicolas Glady propose de consacrer le présentiel à des moments d’échanges entre pairs, d’apprentissage par la pratique et de partage d’expérience… Mieux encore, à la réalisation d’un projet concret au service d’une entreprise, favorisant la convergence entre marché de l’emploi et formation. Et en y réfléchissant bien, ce dernier nous interpelle sur le fait que ce type d’approche est loin d’être nouvelle. Les artisans compagnons ou encore artistes se formaient au contact d’un maître reconnu, par la pratique, souvent dans le cadre d’un projet financé par un client final. C’est cette mise en relation entre experts, pédagogues, entreprises et apprenants, qui a largement fait ses preuves par le passé, qui permettra au domaine de la formation de répondre de manière dynamique aux besoins en compétences des entreprises et donc d’assurer une meilleure employabilité à ses usagers.

Lire l’article

4. Un prof a été remplacé par un robot et personne n’a rien remarqué

L’IA et son développement exponentiel de ces 10 dernières années passionne les débats tant elle cristallise à la fois espoirs et inquiétudes. Jusqu’alors, les applications de l’IA dans le domaine de la formation concernaient surtout le développement de l’adaptive learning qui propose d’apprendre des données apprenants pour concevoir des parcours d’apprentissage personnalisés. Mais avec l’arrivée massive des chatbots et autres assistants personnels embarqués sur nos smartphones, l’IA peut désormais adresser d’autres domaines de l’éducation. C’est ainsi qu’un professeur de l’université Georgia Tech a remplacé l’un de ses assistants par un bot durant un semestre, sans qu’aucun de ses étudiants ne s’en aperçoive !

Lire l’article

5. L’AFPA, UN SAUVETAGE « EPIC » ?

L’AFPA est l’un des symboles forts de la formation professionnelle : il a été créé à la fin de la seconde guerre mondiale pour soutenir la reconstruction du pays en formant rapidement de nombreux ouvriers. Mais depuis, ce dernier a fait l’objet de plusieurs plans de sauvetage notamment avec la fin du plein emploi… Le 9 février dernier, le parlement a donné son accord pour le changement de statut de l’Association pour la Formation Professionnelle des Adultes et sa modernisation. Désormais nommé Etablissement Public Industriel et Commercial (EPIC), ses missions sont élargies et son équilibre financier devra être atteint d’ici 2 ans notamment grâce aux aides de l’état s’élevant à 110 millions d’euros. Retrouvez les détails de cette transformation dans cet article.

Lire l’article

Rendez-vous la semaine prochaine, bonne lecture !