Top 5 news de la semaine

top5news

1. L’offre et la demande en digital learning pas encore totalement libérées

Toutes les étoiles s’alignent pour que le digital learning s’installe durablement dans la sphère de l’entreprise. D’un côté, les salariés veulent cultiver de manière dynamique leur employabilité et de l’autre, les entreprises doivent maintenir continuellement leurs performances et leur compétitivité dans un contexte rendu plus mouvant par la révolution numérique. Pour répondre à ces enjeux, la réforme de la formation a réduit les contraintes administratives et fiscales du plan de formation afin notamment de permettre aux OPCA de « financer » le digital learning. Cependant, malgré cette convergence entre intérêts des entreprises, des actifs et des organismes de financement, un certain nombre de freins persistent. Interviewé par Laurent Gérard, Michel Diaz revient sur ces contraintes qui pèsent sur la transformation digitale de la formation professionnelle.

Lire l’article

2. Julie Platek, Learning Manager Bouygues Immobilier : « Ce que la loi du 5 mars 2014 a changé pour moi ! »

Contrairement à Jean-Pierre Willems (et bien d’autres !), Julie Platek, learning manager chez Bouygues, perçoit la transformation numérique de la formation comme une opportunité et non comme une menace pour son métier. Cette dernière a su tirer parti de la réforme de la formation pour consolider le développement d’une offre d’apprentissage numérique au service des projets stratégiques et des performances de l’entreprise. Développement de parcours blended, déploiement d’un LMS, mise en place d’un réseau de formateurs internes ou encore d’un studio de vidéo learning, cette ancienne responsable de formation devenue learning manager revient sur les évolutions de son métier et sur les impacts de la loi du 5 mars 2014 sur le développement de l’offre de formation au sein de Bouygues immobilier.

Lire l’article

3. Etienne Lepoutre (Air Liquide): « la formation continue est très valorisée aux Etats-Unis »

Vice président en charge des ressources humaines chez Air Liquide, Etienne Lepoutre bénéficie d’une expérience internationale au sein du groupe. Dans cette interview, il revient sur les spécificités de la formation professionnelle aux États Unis et au Japon. De ces deux modèles presque antinomiques du développement professionnel, quels sont les éléments qui pourraient éclairer la transformation numérique de la formation en France ? La culture du life-long learning, son encouragement par les entreprises ou encore la possibilité de changer d’orientation professionnelle au cours de sa carrière côté Américain ! et le passage obligatoire par l’opérationnel avant de manager côté Japonais… Retour sur les points forts de la formation professionnelle chez nos voisins dont nous pourrions nous inspirer.

Lire l’article

4. Teach on Mars déploie son offre d’e-learning sur mobile en Europe

Spécialisée sur le mobile learning, la montée en orbite de Teach on Mars s’est considérablement accélérée ces derniers mois. La jeune pousse Française a fait un passage remarqué au Mobile Word Congress de Barcelone, obtenu un coup de cœur du jury des Business France Orange Awards et bouclé une levée de fonds de 2,2 millions d’euros en quelques mois. Avec un tel succès, « Teach on Mars ambitionne de devenir la référence du mobile learning en Europe » déclarait Vincent Desnot, son fondateur. Cette plateforme de formation professionnelle intégralement sur mobile qui propose des contenus courts, ludiques, personnalisés, accessible 24/7 a d’ores et déjà séduit bon nombre d’entreprises du CAC40 et devrait faire parler d’elle chez nos voisins Européens… A suivre !

Lire l’articlePour aller plus loin

5. Coursera for Business, l’offensive

« La nécessité d’un apprentissage et d’un développement continu n’a jamais été aussi forte. Dans le paysage technologique en évolution constante, les compétences spécifiques à l’industrie peuvent passer de pertinentes à obsolètes en peu de temps. » déclarait Rick Levin, CEO de Coursera, pour justifier le lancement de son offre de formation continue pour les entreprises. Il faut dire que ce marché juteux estimé à 8 milliards de dollar en Europe attire les acteurs de la formation numérique universitaire qui peinent encore à trouver un business model rentable ! Pour rester compétitives, fidéliser leurs talents mais aussi s’adapter aux nouveaux usages de leurs employés, les entreprises investissent de plus en plus dans le digital learning. Et cela n’a pas échappé à Coursera qui entent bien profiter des contenus qu’elle a co-construit avec de prestigieuses universités pour se distinguer sur ce nouveau marché et soutenir son offensive !

Lire l’article

Rendez-vous la semaine prochaine, bonne lecture !