TOP5 news de la semaine

top5news

1. Mobiliser l’intelligence collective, Apprendre demain, Entretien avec François Taddei

Depuis janvier 2017, François Taddei, biologiste et directeur du CRI (centre de recherche interdisciplinaire) s’est vu confier l’organisation d’une grande concertation nationale sur « l’apprentissage tout au long de la vie ». L’objectif de cette mission, qui lui a été confiée par la ministre de l’éducation, Najat Vallaud Belkacem, est de déterminer collectivement les leviers permettant de faire de la France une « société apprenante ». Pour cela, la plateforme apprendre demain propose, aux enseignants, acteurs de l’éducation et de la formation professionnelle mais également aux apprenants de tous âges (élèves, parents, actifs) de contribuer à cette réflexion collective. Cette démarche constitue également l’opportunité d’organiser une R&D internationale collaborative et ouverte dans un domaine ou celle-ci n’était que très peu mise en valeur et structurée jusqu’alors. Un projet qui entre dans le cadre des 17 chantiers prioritaires définis par l’ONU et intéresse des experts du monde entier.

Lire l’article

2. Les formations digitales peuvent-elles devenir diplômantes ?

Avec le développement marqué du Digital Learning de ces dernières années, il est désormais possible de suivre des cursus complets à distance. Si ces parcours d’apprentissage permettent d’acquérir les mêmes connaissances et compétences que leurs alter-égaux traditionnels, ont-ils les mêmes effets sur l’employabilité ? Pour George Asseraf, président de la commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), « Il n’y a pas de blocage sur le plan réglementaire » pour rendre les cursus numériques diplômants, il reste cependant des efforts à fournir sur les mécanismes de vérification de l’identité des apprenants. Une autre condition pèse lourd cette question du développement de l’employabilité par le digital learning : celle de la reconnaissance de ces « e-diplômes » par les employeurs et les pouvoirs publics… et en la matière, les mentalités doivent évoluer !

Lire l’article

3. Réseaux sociaux et apprentissage : 4 usages intelligents

Comme vous le savez, chez Solerni, « apprendre c’est toujours mieux ensemble » c’est notre crédo depuis toujours. La transformation numérique de la formation offre une opportunité unique de repenser nos apprentissages dans un contexte social, qui corresponde davantage à nos mécanismes cognitifs naturels (échange avec ses pairs, pratique : essais-erreurs…). Echanger sur ses pratiques, ses expériences, etc. au sein de communautés d’apprentissages, c’est occuper tantôt le rôle de l’apprenant et tantôt celui de l’enseignant, ce qui permet d’ancrer durablement et d’actualiser dynamiquement les compétences que l’on souhaite développer ! Mais c’est aussi bénéficier de la richesse qu’induit la collaboration (échange de points de vue, de sources, de contenus informationnels…). Pangone partage ces convictions et nous propose un article listant 4 usages intelligents des médias sociaux en matière d’apprentissage collaboratif.

Lire l’article

4. Blended Learning : et si la mayonnaise ne prend pas…

Pour Sophie Maladri, Digital Learning Manager chez KPMG, un parcours d’apprentissage numérique, c’est comme une mayonnaise, il faut trouver le juste équilibre entre les ingrédients et les mélanger correctement ! Avec le digital learning, les acteurs de la formation disposent d’une palette de modalités d’apprentissage et d’approches pédagogiques qui leur permet d’adapter l’offre d’apprentissage aux besoins de chaque entreprise. Mais au delà de l’aspect purement technique de l’ingénierie pédagogique, il faut parvenir à placer l’apprenant au centre de ces parcours blended, avec le soucis permanant du maintient de sa motivation et de son engagement dans les apprentissages proposés. Découvrez les conseils de ce top chef du digital learning dans un article 3 étoiles 😉

Lire l’article

5. La gamification n’est pas l’alpha et l’omega de la pédagogie digitale !

Rendre les apprentissages ludique n’est pas une idée nouvelle, mais elle s’est vue substantiellement concrétisée grâce aux mécaniques développées dans l’univers des jeux. Badges, récompenses, visualisation de la progression, challenges… permettent de rythmer le parcours du joueur et de maintenir sa motivation à poursuivre son expérience. Tout comme le gamer, l’apprenant est souvent seul face à son écran. Dans ce contexte, ces mécanismes sont extrêmement intéressants à installer dans son parcours pour développer son engagement. Marc Dernnery nous alerte cependant sur le fait que l’approche gamifiée ne peut se suffire à elle-même lorsqu’il s’agit de motiver les apprenants à mener à son terme leur parcours d’apprentissage. Sens, réflexivité, implication managériale, conversion des connaissances abordées en compétences métier, etc. sont également des facteurs clés de l’implication des collaborateurs dans leur formation (Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier sur les environnements capacitants).

Lire l’article

Rendez-vous la semaine prochaine, bonne lecture !